KINESIOLOGIE

 

La kinésiologie éthymologiquement « la science du mouvement » est issue de la chiropractie ; elle s’appuie sur les concepts de la médecine traditionnelle chinoise, des neurosciences et des voies reflexes.
C’est une thérapie complémentaire qui cherche à mettre en évidence et à conscientiser le contexte et l’origine des évènements afin d’orienter, sans jugements, vers des changements et des solutions positifs.

C’est une approche holistique de la santé destinée à favoriser un état d’équilibre et de bien-être physique, mental, émotionnel et énergétique.

Depuis notre conception jusqu’à aujourd’hui, notre corps enregistre et intègre toutes les informations de notre vie. Le kinésiologue est un révélateur de potentiel. Il a pour rôle d’aider ses patients à conscientiser et les accompagner vers un changement positif.

En pratique

La kinésiologie utilise le test musculaire (bio feed-back) qui est le moyen de communication basé sur l’appréciation des modifications du tonus/réflexe d’un muscle lorsque l’interface client/praticien est soumis à un stress destiné à mettre en évidence l’origine des dysfonctionnements.

Une séance de kinésiologie se base sur des objectifs à atteindre liés aux douleurs ou aux émotions. Elle permet de donner une nouvelle information cellulaire au corps, et de changer la perception de l’émotion négative en une situation positive.

Le corps a une mémoire cellulaire qui enregistre les évènements émotionnels de la vie. Les stress émotionnels comme les accidents, les chocs, les séparations ou les stress quotidiens (culpabilité, peurs, phobies, manque de confiance en soi), peuvent développer certains troubles physiques ou psychologiques.

Lorsqu’un mal de dos, une douleur, une migraine, une dépression, une allergie, se déclarent, leurs causes peuvent provenir d’une accumulation d’un stress émotionnel qui provoque un déséquilibre.

Après avoir identifié la cause du trouble, différentes techniques sont utilisées pour retrouver son équilibre vital.

D’où vient la kinésiologie ?

Les premiers tests musculaires, créés par des neurologues, étaient utilisés pour faire le bilan des paralysies et autres problèmes moteurs. Ils consistaient déjà à appuyer sur certains membres du corps pour en évaluer la force de contraction.

En 1964, George Goodheart, chiropracteur américain, découvre une nouvelle manière de tester les muscles. Il a en effet déterminé que certains d’entre eux étaient reliés aux méridiens d’acupuncture (canaux assurant la circulation de l’énergie dans le corps), et que le tonus musculaire reflète l’état de fonctionnement de notre organisme dans sa totalité. 

METHODES

Le Touch for Health est un procédé d’équilibration énergétique. La méthode pratique inclut l’emploi des tests sur plusieurs muscles en différentes parties du corps : les muscles sont employés comme mécanisme de réponse biologique (bio-feedback). Les muscles bloqués ou affaiblis sont corrigés par une équilibration par les points neuro-lymphatiques, les points neuro-vasculaires, les brossages des méridiens, l’analyse par la roue des 5 éléments ou encore l’alimentation.

En fin de séance et donc après l’équilibration, les muscles précédemment bloqués ou affaiblis sont retestés. Nous pouvons alors remarquer les changements de posture du corps entier. Ces changements s’expriment non seulement dans l’aspect physique de la personne, mais également dans sa posture émotionnelle et mentale; en effet, c’est au niveau des muscles que les interactions corps-esprit ont lieu.

Le Touch for Health est donc un outil qui travaille sur la liaison entre le corps et l’esprit en s’appuyant sur le système électromagnétique du corps, appelé le système des méridiens, qui est le lien entre le corps physique et le corps énergétique subtil.

Définition

La méthode «Touch for Health» (en français: la santé par le toucher) a été développée comme une technique simplifiée de la kinésiologie que tout un chacun pourrait pratiquer sur soi.

Origine

Le fondateur de la kinésiologie est le chiropraticien américain George Goodheart (1918-2008). Il avait remarqué que les traitements de chiropraxie n’avaient guère d’effet sur les contractures musculaires de certains de ses patients et que certains de leurs muscles ne réagissaient que très faiblement à la stimulation. En assumant que la capacité fonctionnelle de ces muscles dépend de l’état de santé physique et psychique du patient, il les a reliés à certaines maladies des organes internes, à des mauvaises postures et à des troubles psychiques. Pour arriver à cette fin, il a utilisé les connaissances de la médecine traditionnelle chinoise et de l’énergie vitale Chi qui circule à travers tout le corps le long des voies énergétiques appelées méridiens.

En intégrant différents aspects de la physiothérapie, de la chiropraxie, de l’homéopathie, de la pédagogie et de la psychologie, George Goodheart développa, dans les années 1960, un système diagnostique composé de tests musculaires spécifiques qui permettent d’identifier et de traiter les blocages énergétiques.

Au début, cette technique appelée kinésiologie (en anglais «applied kinesiology») n’était pratiquée que par des thérapeutes avec une formation médicale. John Thie (1933-2005), un chiropracteur américain et disciple de George Goodheart, voulut rendre les connaissances de base de la kinésiologie accessibles à un plus large public qui ne dispose pas de formation médicale. C’est ainsi qu’il développa une version simplifiée de la kinésiologie qui pouvait être utilisée comme méthode d’auto-traitement. En 1973, il publia le livre «Touch for Health» dans lequel il décrit comment les profanes peuvent utiliser la kinésiologie comme un procédé bénéfique pour leur santé.

Avec la plus large exposition de ses concepts au grand public, la kinésiologie devint de plus en plus connue et pratiquée. Entre temps, elle est devenue une méthode largement diffusée, avec de nombreuses sous-méthodes, que l’on peut appliquer dans les domaines de la santé, de l’enseignement, de la gestion du stress et du soutien thérapeutique. Le point commun de toutes ces méthodes est le test musculaire qui permet d’évaluer les blocages énergétiques.

Aujourd’hui, la méthode Touch for Health est enseignée et pratiquée dans le monde entier et sert de base à de nombreuses branches de la kinésiologie.

Principes

La kinésiologie réunit différents aspects de la médecine occidentale et orientale, comme par exemple la chiropraxie, la diététique, l’étude des mouvements et des méridiens ainsi que l’acupressure. D’après les kinésiologues, les blocages énergétiques et les maladies qui en résultent se manifestent, entre autres, par des faiblesses et des contractures dans les muscles. Ceux-ci sont reliés par la circulation énergétique aux différents organes ou aux autres parties du corps. A l’inverse, une faiblesse musculaire peut aussi indiquer, d’après eux, un blocage ou une absence d’énergie dans l’organe correspondant. La force ou la faiblesse d’un muscle ne dépendent pas de son entrainement physique. C’est l’état de stress dans lequel se trouve la personne qui peut bloquer le flux énergétique et provoquer la faiblesse du muscle. Un désordre de ce type peut avoir une origine structurelle (fonction organique, structure des tissus), biochimique (par exemple le système immunitaire, le métabolisme) ou psychique. Le facteur déterminant est la réponse instinctive du corps.

L’objectif du Touch for Health est de déterminer à l’aide de tests musculaires l’existence de blocages énergétiques dans le système musculaire et de les éliminer à l’aide de manipulations simples.

Quelques mots de Gordon Stokes, créateur de « THREE IN ONE CONCEPTS » : « Pour résumer la nature de ce que nous faisons : nous désamorçons les émotions du passé qui bloquent les perceptions du présent : si l’on ne désamorce pas les causes du problème dans le passé, aucune mesure prise dans le présent ne survit au prochain stress similaire » .

Notre préoccupation première va vers ce que la plupart des gens appellent les troubles de l’apprentissage ou «dyslexie». Mais nous étendons la définition usuelle de la dyslexie au-delà des handicaps d’apprentissage au niveau scolaire pour inclure tout «point aveugle» de nature émotionnelle causé par le stress de l’existence elle-même. Un blocage émotionnel égale un blocage énergétique dans le corps, et un blocage énergétique fait surface de bien des façons, y compris sous forme de problèmes et de douleurs physiques.

Pour identifier l’émotion exacte et la catégorie à laquelle appartient le blocage qui lui est associé, nous utilisons des tests musculaires de précision. De la manière dont nous avons affiné le processus des tests dans la méthode Three in One Concepts, le test musculaire passe outre le contrôle du cerveau gauche pour accéder directement à la conscience du cerveau droit. Oui, c’est au corps que nous faisons confiance, et non au conscient ou à l’inconscient. Notre objectif est de fournir une possibilité de CHOIX là où il semble ne plus y en avoir.

Au début des années 60, Gordon Stokes a étudié les Structures/Fonctions avec Daniel Whiteside dont les parents sont à l’origine de la Personologie. Ils ont continué à travailler ensemble depuis cette époque. G. Stokes est devenu pendant environ dix années Directeur de la formation des instructeurs en TFH dans le monde entier, et D. Whiteside qui avait déjà une grande connaissance de la communication et de la génétique comportementale a élaboré des programmes uniques en matière de techniques de communication qui ont abouti à une série de films didactiques et de vidéos de formation.

A partir de 1985, ils se sont focalisés sur le développement du Three in One Concepts.

L’idée de départ était d’aider les gens à corriger les stress émotionnels négatifs qui entraînent dyslexies et problèmes d’apprentissage de toutes sortes. La kinésiologie était bien connue à cette époque pour ses techniques de feedback corporel qui permettaient d’identifier et de rétablir l’équilibre physique du corps. Partant de la grande connaissance de G. Stokes en kinésiologie et de son expérience du test musculaire, les fondateurs de Three in One Concepts décidèrent d’utiliser ces mêmes principes et de les appliquer pour rééquilibrer les blocages mentaux et émotionnels qui limitent le corps/l’esprit humain.

Nous avons oublié que nous pouvons être en situation d’apprentissage à tout âge. Cela ne s’arrête pas avec la fin des études! et l’école de la vie peut nous mettre à sa façon en situation « d’échecs scolaires ». Aimer est aussi un apprentissage et la sous estime de soi, le doute, la méfiance peuvent bloquer par exemple la réussite d’une nouvelle relation. La signification du mot dyslexie s’est ainsi élargie, elle va des problèmes d’apprentissage aux problèmes de mal être, elle inclut toutes faiblesses neurologiques causées par la peur, la douleur, la peur de la douleur, le doute de soi.

Aujourd’hui, Three in One Concepts utilise le test musculaire comme instrument de bio-feedback du corps et des deux hémisphères cérébraux, le Baromètre du Comportement, la Structure/Fonction et la Récession d’âge pour identifier, défuser, corriger les blocages causés par des stress émotionnels négatifs dans la Mémoire Consciente, Subconsciente ou Cellulaire du corps et du cerveau.

Qu’entend-on par la correction de blocages énergétiques et comment la pratique-t-on dans le modèle Three in One Concepts ?

Entre en jeu ici la vaste connaissance qu’a Gordon Stokes en matière de méridiens, de circuits musculaires et des multiples corrections des énergies bloquées.

Notre corps se souvient de toute expérience traumatique non résolue en barrant certaines énergies spécifiques. Une compréhension mentale, passant par les mots de la mémoire/expérience traumatique peut débloquer la conscience, mais elle ne libère pas les énergies corporelles qui y sont liées, parce que le langage du corps n’est pas verbal. Le langage du corps est kinesthésique et le Concept 3 en 1 utilise les corrections physiques qui parlent le langage du corps. Simples et douces, ces corrections libèrent effectivement les énergies bloquées par les traumatismes passés et présents.

Les résultats sont universellement étonnants, souvent instantanés et ce qui est encore mieux – durables.

Une autre question qui revient souvent : « Est ce que vous guérissez des maladies ou éliminez des symptômes ? »

La maïeusthésie est un accompagnement thérapeutique de reconnaissance de l’être dans son vécu, dans une attitude d’ouverture.

Une psychothérapie simple et efficace, permettant d’apaiser les blessures du passé, avec pragmatisme et bienveillance.

Le mot Maïeusthésie s’inspire des mots :

  • maieutikê (origine grecque) : « art d’accoucher de quelqu’un »
  • aisthanesthai (origine indoeuropéenne) : « sensibilité, art de percevoir »

Créant ainsi le néologisme Maïeusthésie, qui signifie « l’art d’être sensible au processus d’accouchement, de naissance du Soi ».

 

La méthode Blue Print libère des blocages et croyances hérités des générations précédentes, tout en court-circuitant le mental. Elle permet de retrouver notre autonomie et notre liberté par rapport à notre lignée.

Axée principalement sur la libération des mémoires transgénérationnelles, cette méthode permet d’atteindre les états les plus profonds de l’inconscient tout en court-circuitant le mental.

Faisant appel à la symbolique des lignes de la main et aux états modifiés de conscience, la méthode Blue Print favorise le changement par rapport aux schémas hérités de nos parents et ancêtres. Ces schémas hérités peuvent être des habitudes, des automatismes, des croyances, des limitations, des façons de réagir, des difficultés dans des situations particulières, des manières d’être dans la vie qui ne nous conviennent pas (ou plus) mais dont nous avons des difficultés à nous défaire.

Cette méthode travaille sur les peurs et les phobies, sur l’impuissance apprise, sur le “moi négatif” (partie de soi indésirable mais tenace) ainsi que sur le doute et sur ce qui inconsciemment nous limite ou nous bloque.

Les techniques utilisées en Blue Print ont une action rapide, d’autant plus que nous ne laissons pas au mental l’occasion de s’immiscer dans le processus de libération pour le ralentir ou le bloquer.

Blue Print convient particulièrement bien aux personnes qui ont tendance à réfléchir de manière excessive, à “tourner en rond dans le mental”, à ressasser encore et encore les mêmes pensées sans parvenir à en sortir. Blue Print va amener ces personnes  à plus de légèreté et de détente, à “respirer un air nouveau”,

Comme son nom l’indique, le Brain Gym est basé sur un ensemble de mouvements simples et ludiques. Ils peuvent être pratiqués par tous et améliorent l’utilisation du cerveau dans son ensemble.

D’où vient ce Brain Gym ?

Du Dr. Paul Dennison, détenteur d’un doctorat en science de l’éducation, qui développa ce système au cours des 30 dernières années où il mît en place des outils de développement de l’apprentissage. Son travail se base sur de nombreuses disciplines et sur les travaux de plusieurs précurseurs (Piaget, Rogers, Montessori, Alexander, Hannaford, etc … )

Son apport vient de la compréhension de l’interdépendance entre le mouvement, l’acquisition du langage et les résultats scolaires académiques. Une approche innovante et efficace afin de préparer les apprenants à apprendre, le Brain Gym est utilisé dans 80 pays et a été traduit dans 40 langues.

En Brain Gym nous travaillons principalement sur 3 dimensions :

La Latéralité
L’une est liée à la capacité de coordonner les efforts de l’hémisphère droit et gauche surtout dans le domaine visuel, auditif et kinesthésique. Cette coordination est indispensable pour la lecture, l’écriture et la communication.

La Focalisation
La seconde est liée à la compréhension, à la capacité de trouver un sens et à l’habilité de voir les détails dans un ensemble, dans un contexte. Les gens ayant une difficulté avec la focalisation auront un déficit de l’attention et de la compréhension.

Le Centrage
Finalement, le centrage est lié à l’organisation, les sentiments et l’expression de ses émotions en plus de la sensation de son espace personnel. Il nous aide à répondre rationnellement plutôt qu’à surréagir émotivement.

Il y a aussi bien d’autres composantes liées à l’apprentissage qui sont stimulées:

  • l’estime de soi
  • l’auto motivation
  • la capacité à identifier et à maîtriser ses stress ainsi que la connaissance et le respect de sa propre intelligence et de son espace.

Le Brain Gym peut être utilisé en classe collectivement en séances ludiques généralement de 5 à 10 minutes et même en moins de temps avec un groupe habitué. Tous les exercices peuvent être faits dans une classe sans matériel ou espace particulier si ce n’est de l’eau à boire. L’effet est souvent immédiat et parfois spectaculaire et les enfants en redemandent.

Les premiers bénéficiaires sont bien sur les apprenants déjà en difficultés d’apprentissage ou près de l’être, mais tous en profitent pour atteindre leur plein potentiel et ne pas tomber dans «difficulté d’apprentissage». Les formateurs et praticiens de Brain Gym en font généralement sur une base quotidienne et plusieurs cadres s’en servent comme outils de gestion de stress.

BENEFICES